A QUOI SERT L'ASSAINISSEMENT ?

Que ce soit dans la cuisine, la salle de bain ou les toilettes, nous produisons des eaux usées que nous devons retraiter avant de les rejeter dans le milieu naturel. On parle de différents types d'eaux usées :
  • les eaux graisseuses sont produites dans la cuisine
  • les eaux grises dans la salle de bain et les lessives
  • les eaux vannes sont issues des toilettes à chasse d'eau.
On parle d'eau ménagères (cuisine + salle de bain) et d'eaux vannes, constituant l'ensemble des eaux domestiques.
Rappelons qu'avant d'assainir nos effluents, il est important de réduire les pollutions à la source : utiliser des produits lessiviels respectueux de l'environnement.

L'Assainissement a deux fonctions principales : améliorer la salubrité d'une part et protéger le milieu naturel d'autre part. L'impact de la pollution dépend de son importance et du milieu récepteur.



Communauté de Haute Provence - Projet européen LIFE - Image vaisselle
LES CATEGORIES DE POLLUTION DES EAUX USEES
  • La pollution primaire pour laquelle on effectue un traitement primaire ou pré-traitement : elle comprend les polluants qui sont filtrables, décantables, isolables de manière physique.
  • La pollution secondaire pour laquelle on effectue un traitement secondaire : il s'agit de la pollution organique en grand partie soluble qui peut-être traitée de façon biologique avec des bactéries.
  • La pollution tertiaire pour laquelle on effectue un traitement tertiaire : il s'agit de la pollution inorganique, principalement les nitrates et les phosphates qui peuvent être traités de façon biologique (par absorption des plantes) ou physico-chimique.
  • La pollution quaternaire comprend tous les germes pathogènes et les microplluants (pesticides, métaux lourds...)
Les filtres plantés sont des milieux complexes et les différents types de pollution ne sont pas traités séparément.
Toute filière d'assainissement comprendra un prétraitement, un traitement et un exutoire.

LES FILTRES PLANTES EN DETAIL

Le Prétraitement
Le prétraitement consiste à séparer les matières solides des matières liquides. C'est l'utilisation de toilettes à eau qui impose cette première phase d'épuration :
Il s'agit d'un filtre planté à écoulement vertical de roseaux. Les matières sont retenues en surface du filtre, tandis que les eaux s'écoulent verticalement au travers du filtre. Dans ce cas, il n'y a ni fosse ni bac dégraisseur. Ce type de filtre effectue le traitement primaire avec la filtration, et le traitement secondaire avec culture de micro-organismes fixés sur les granulats.

Il n'y a pas de production de boue mais un compost se forme en surface car la dégradation des matières organiques se déroule en présence d'oxygène. Le compost doit être retiré environ tous les 10 ans, utilisable au jardin d'ornement. Il n'y a pas d'odeur.
Le filtre vertical est cloisonné en 2 parties, un seul côté est alimenté à la fois, d'où une manoeuvre 1 fois par semaine pour changer de côté. 




Communauté de Haute Provence - projet européen LIFE - Image filtre planté vertical

Le traitement

Le traitement s'effectue au sein des filtres plantés qui peuvent être assimilés à des sols reconstitués dans lesquels des plantes sont installées.

Le traitement commence dans le filtre à écoulement vertical en milieu aérobie, puis se poursuit dans le filtre planté à écoulement horizontal. Dans ce dernier, les eaux y circulent horizontalement par effet piston à la manière d'une nappe phréatique, sous la surface du substrat.  De ce fait, y est présente une mosaïque de zones aérobies et anaérobies. Une dégradation lente effectue la finition du traitement des matières organiques en solution. Il se vide par trop plein, et est donc toujours rempli d'eau sans que celle-ci ne soit affleurante. De nombreuses espèces y sont plantées : massettes, iris de smarais, salicaires, rubaniers, scirpes, menthes aquatiques, plantains d'eau... Elles absorbent pour leur métabolisme une partie des nitrates et des phosphates.

Le filtre planté à écoulement horizontal participe au traitement secondaire, tertiaire et quaternaire.





Communauté de Haute provence - projet européen LIFE - filtre planté horizontal




L'exutoire

En sortie de traitement, il est nécessaire d'infiltrer les eaux traitées : c'est l'exutoire. Celui-ci peut se réaliser de différentes manières, et est conçu dans un souci d'intégration paysagère : mare, noue ou fossé et pourquoi pas rigoles d'irrigation.

C'est la phase finale d'infiltration qui joue une rôle double puisqu'en cas de pluviométrie exceptionnelle, ou de surcharges polluantes, l'exutoire continue le traitement et contribue à améliorer la qualité des eaux.

L'exutoire est également planté d'espèces semi-aquatiques ou si un plan d'irrigation est choisi, il peut servir à arroser gratuitement et automatiquement un massif de rosiers ou autre plantes ornementales. C'est en quelque sorte la "cerise sur le gâteau" : les eaux traitées peuvent être valorisées et utiles à bien des usages jardiniers.


Communauté de Haute provence - projet européen LIFE - Photo exutoire

L'ENTRETIEN DE SON INSTALLATION

Les dispositifs épurateurs sont des systèmes vivants, et de ce fait, nécessitent un entretien régulier de type jardinage simple (alternance des lits, propreté des sites, faucardage annuel à l'automne).
Les roseaux fauchés une fois par an peuvent être compostés sur place, produisant ainsi de la biomasse utile pour le reste du jardin.
Cet entretien garantit un niveau de rejet règlementaire grâce à des regards de contrôle.
La masse de végétation s'autorégule en fonction de la quantité de nutriments, elle stagne ou diminue pendant votre absence et augmente en cas d'effluents.
Les boues compostées en surface des lits de roseaux doivent être enlevées tous les 10 ans et peuvent être utilisées.